Charles-René Tandé : « Il était impossible de tenir le Congrès à Bordeaux »

A LA UNE
Outils
TAILLE DU TEXTE

En avant-première du Congrès 2020 de l’Ordre des experts-comptables, qui se tiendra cette année de manière virtuelle, le Président du Conseil supérieur Charles-René Tandé a pris la parole lors d’une conférence de presse jeudi 17 septembre.

Il est notamment revenu sur la crise du coronavirus et sur le Congrès lui-même, avant de dresser un bilan sur sa mandature de quatre années à la tête du CSOEC.

« Les experts-comptables ont été présents avec leurs équipes »

Sur la période critique liée à la pandémie de Covid-19, les professionnels du chiffre se sont battus aux côtés des entreprises, principalement les TPE-PME, pour les aider à se maintenir à flot, en mettant en œuvre sur le terrain les mesures d’aides gouvernementales.

« Nous sortons d’une période difficile » déclare ainsi Charles-René Tandé. « Les experts-comptables ont été présents avec leurs équipes. (…) Il y a eu une continuité de service. (…) En tant que Président de l’Ordre, je m’en félicite. »

Un Congrès virtuel pour 2020

L’épidémie de coronavirus a également eu pour conséquence de contraindre le CSOEC à basculer sur une version digitale de son Congrès annuel.

Et sur ce point, le Président Tandé exprime l’ambition de « faire de la contrainte une opportunité ». L’objectif du Congrès 2020 est ainsi de toucher une population plus large que les années précédentes grâce aux possibilités du numérique, notamment les collaborateurs des cabinets mais également les enseignants et les étudiants. L’événement fonctionnera sous forme d’émissions télévisées avec quatre canaux dédiés respectivement aux thématiques, aux partenaires, à l’innovation et aux outils.

« Je suis satisfait du bilan de notre équipe »

Dans un dernier temps, Charles-Réné Tandé est revenu sur sa mandature de quatre années à la tête du Conseil supérieur.

« Nous avons eu de nombreux textes » durant cette période, souligne-t-il. Notamment le prélèvement à la source, la réforme – pour le moment suspendue – des retraites, sans oublier bien entendu la fameuse loi PACTE, désastreuse pour les commissaires aux comptes mais porteuse en contrepartie de « nombreuses dispositions favorables » pour les experts-comptables.

Le Président Tandé a enfin rappelé l’existence de deux chantiers qui restent à finaliser : la réforme des diplômes et la question de la donnée, lourde d’enjeux pour les cabinets, ou comment les experts-comptables peuvent exploiter la data afin de livrer une information plus riche à leurs clients au service d’une performance accrue.

Hugues Robert (@HuguesRob)

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.