Gérald Darmanin : « Je serai attentif à ce que les experts-comptables n’appliquent pas de surcoûts sur le prélèvement à la source »

Expertise comptable
Outils
TAILLE DU TEXTE

Lors d’une conférence de presse donnée le 10 avril 2018 sur le prélèvement à la source, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a exprimé son souhait que « les experts-comptables et les éditeurs de logiciels n’appliquent pas de surcoûts » pour la mise en œuvre de ce dispositif.

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a réuni le 10 avril 2018 une conférence de presse pour annoncer le lancement de la campagne de déclaration de revenus, accompagnée cette année d’un nouveau service en ligne « Gérer mon prélèvement à la source » permettant au contribuable de prendre connaissance de son taux d’imposition et d’affiner sa situation fiscale personnelle, en mobilisant une série d’options.

Interrogé à cette occasion sur le coût de la mise en place du prélèvement à la source pour les entreprises et notamment les plus petites, le ministre Gérald Darmanin a rappelé que la déclaration sociale nominative (DSN) allait favoriser l’automaticité du dispositif : « Je veux attirer votre attention sur le fait que tout sera automatisé, c’est avec les éditeurs de logiciels que le travail en amont a été le plus important. »

Pour le ministre de l’Action et des Comptes publics, le coût du prélèvement à la source pour les entreprises reste un vrai sujet à regarder avec intérêt. « Je serai particulièrement attentif à cela, que les experts-comptables et les éditeurs de logiciels n’appliquent pas de surcoûts alors que c’est un service qui ne devrait pas en donner » a-t-il ainsi déclaré, soulignant par ailleurs qu’en contrepartie, la DSN aurait fourni aux professionnels du chiffre des avantages, y compris financiers, avec la simplification de la perception des cotisations. Une affirmation qui ne fera peut-être pas consensus chez les intéressés…

Changer d’expert-comptable en cas de surfacturation sur le prélèvement à la source ?

Gérald Darmanin a conclu sur ce point par un conseil aux entrepreneurs : « Je dis également aux entreprises que si un éditeur de logiciel ou un expert-comptable venait à leur facturer un service qui est rendu gratuitement par l’administration, ils peuvent toujours changer d’éditeur ou d’expert-comptable. Chacun peut comprendre que la libre concurrence, ce n’est effectivement pas se faire du gras sur un élément de simplification pour les contribuables. » Les intéressés, là encore, apprécieront sans doute…

Hugues Robert

Les Annuaires du Monde du Chiffre

 

 

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.