Rupture conventionnelle : nullité en cas de pression de l'employeur sur le salarié

Relations individuelles de travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

Si l'existence, au moment de sa conclusion, d'un différend entre les parties au contrat de travail n'affecte pas par elle-même la validité de la convention de rupture conclue en application de l'article L. 1237-11 du code du travail, la rupture conventionnelle ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties.

Après lui avoir notifié deux avertissements successifs, un employeur et sa salariée ont signé une rupture conventionnelle. Contestant la validité de la rupture, la salariée a saisi la juridiction prud'homale. La cour d'appel de Versailles a prononcé la nullité de l'acte de rupture conventionnelle du contrat de travail de la salariée et a condamné l'employeur à lui payer des dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. En effet, elle a relevé que l'employeur avait (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à Bibliovigie ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.