Résultats 2017 de l'Observatoire du contrôle de gestion : focus sur le digital et le big data

Etudes
Outils
TAILLE DU TEXTE

calculatriceLes résultats 2017 de l'Observatoire international du contrôle de gestion sont disponibles pour les adhérents de la DCFG.

L’Observatoire international du contrôle de gestion a été lancé fin 2010 par la DFCG (association des directeurs financiers et de contrôle de gestion) sous l’impulsion de Frédéric Doche, en partenariat avec le cabinet de conseil Décision Performance Conseil. L’objectif de cet observatoire est de mieux comprendre les activités des contrôleurs de gestion, les processus et les méthodes, ainsi que les outils qu’ils utilisent, à l'heure notamment de la transformation digitale.

Le numérique a d'ailleurs la part belle pour cette 7ème édition 2017 de l'Observatoire du contrôle de gestion qui est désormais accessible pour les adhérents de la DFCG.

Tendre vers plus de collaboratif et de prédictif

philippe-audoinComme le souligne le Président de cette association Philippe Audoin, « L’impact de la digitalisation et du big data est le focus principal de l’édition 2017 avec des attentes formulées sur plus d’outils collaboratifs, plus de communication avec les opérationnels, plus de prédictif dans les analyses. Des éléments qui devraient permettre aux contrôleurs de gestion de passer moins de temps à collecter et analyser les données et beaucoup plus à les communiquer dans l’entreprise pour l’amener à prendre les meilleures décisions. »

Frédéric Doche, administrateur de la DFCG en charge du groupe Contrôle de gestion, propose une synthèse des résultats de l'Observatoire cette année : « L’enquête 2017 cherche à mesurer l’impact de la transformation digitale sur la profession finance-gestion. Une priorité forte porte cette année sur la simplification du processus budgétaire pour rendre l’entreprise encore plus flexible et adaptable aux aléas de la vie économique. En matière d’optimisation des outils de pilotage – ces derniers restent encore source d’insatisfaction – automatisation, intégration et simulation restent les mots clés.

frdric-docheLa fiabilité de la donnée, l’opportunité de manager la performance ou encore de renforcer le travail collaboratif sont les principales attentes vis-à-vis de ces « nouveaux » outils. Dans ce domaine, les entreprises progressent : le nombre d’entreprises concernées par le big data ne cesse de croître. Cette tendance devrait se confirmer dans les prochaines publications de l’Observatoire. 

Face à cette révolution technologique, le dirigeant finance-gestion a l’obligation de s’adapter. Acteur du changement, le contrôleur de gestion lui-même doit renforcer en permanence ses compétences techniques (voire technologiques) et comportementales. Accompagnant de plus en plus le dirigeant, sur la partie « analyses prédictives », il se définit plus que jamais comme un « manager de la performance »

Si les fondamentaux de la profession restent d’actualité (par exemple, le budget) – cette édition souligne en même temps et avec force, la nécessité pour le contrôleur de gestion d’entrer définitivement dans une nouvelle ère, celle du big data et du prédictif – le contrôleur de gestion désormais dénommé le performance manager reste bel et bien l’accompagnateur du changement. »

Plan et budget demeurent l'activité principale du contrôleur de gestion

Néanmoins, malgré la perçée technologique manifeste dans la profession, les contrôleurs de gestion et « performance managers » interrogés déclarent encore consacrer plus de la moitié de leur temps à la planification, au budget et à la production de reportings. L'automatisation annoncée tarde à venir selon eux alors qu'ils voudraient se tourner encore plus vers les opérationnels et vers l'analyse.

Le budget tradionnel s'estompe doucement au profit du Rolling Forecast et des analyses prédictives.

observatoire-contrle-gestion-2017

 

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.